dimanche 25 avril 2021

Ma recouvreuse : la Juki MCS-1800


Une nouvelle machine est venue rejoindre mon atelier. Après : 
- la machine à coudre Janome S5 dont je vous parle ici
- la surjeteuse Bernina 800DL dont je vous parle ici
- la machine à découper Brother Scanncut SDX1200 dont je vous parle là
Voici la recouvreuse Juki MCS-1800 !!
 
    Comme vous voyez, je ne suis pas attachée à une marque. Je cherche toujours la meilleure machine en fonction de mon usage et de mon budget.

Je vous ai rédigé un article sur le processus de choix de la recouvreuse. Qu'est-ce qu'une recouvreuse? A quoi ça sert? Quelle est la démarche d'achat? Les meilleurs modèles... Vous pouvez le lire en cliquant ici.
 
  
  J'en profite pour vous rappeler que les pré-commandes de mon 3e livre sont en route, je vous explique tout dans cet article
    Il s'agit d'un livre dédié au dressing pour les petites filles de 2 à 12 ans contenant 12 vêtements et 1 accessoire avec en tout 100 versions possibles (il y a de quoi faire :o). Pour l'avoir à sa sortie, il faut le commander avant le 28 avril  !
 

CARACTÉRISTIQUES

LA RECOUVREUSE JUKI MCS-1800

Je cherchais une recouvreuse dans la lignée de ma machine et de ma surjeteuse à savoir : 
- une machine qualitative et robuste que je vais garder des années et qui ne vibre pas quand je couds
- une machine puissante, qui passe tous les types de tissus sans peiner ou sauter des points
- une machine intuitive, facile à utiliser et à enfiler
- une machine efficace qui ne nécessite aucune modification de réglages en fonction des tissus cousus (épais, fins, extensibles...)

- Juki est une marque japonaise réputée pour ses machines industrielles. La marque fabrique aussi des machines domestiques. Que ce soit pour les machines à coudre, surjeteuses ou recouvreuses, Juki est une marque de référence. N'hésitez pas à l'aborder lors de vos discussions avec un professionnel si vous cherchez une machine. Ma mère possède une machine à coudre mécanique de cette marque depuis plus de 10 ans, elle est toujours au top !

- Sous son air rétro avec les molettes de réglages externes, c'est une machine toute récente qui regorge d'innovations. La marque a préféré travailler sur les fonctionnalités de la machine plutôt que de revoir le design.

- Elle est basée sur un châssis de surjeteuse. L'espace de travail entre le pied et le col de cygne est donc assez étroit pour une recouvreuse. C'est le seul "point noir" de cette machine. A l'usage, je n'ai pas encore ressenti de soucis.

- La recouvreuse a un châssis métallique ce qui lui confère une grande stabilité lors de la couture (elle ne vibre pas et ne bouge pas). Elle pèse 7 kilos.

- Voici ses grandes caractéristiques : 
    * couture à 1, 2 ou 3 aiguilles (permet de réalisation un point de recouvrement à 4 ou 3 fils (large ou étroit)
    * point de chainette à 1 aiguille (c'est un point droit élastique très solide utilisé pour des assemblages ou la surpiqure d'une encolure)
    * Largeur du point de recouvrement : 2,5 ou 5 mm
    * Longueur des points : 1 à 4 mm
    * Vitesse de couture : 1350 points/minute (moteur très puissant, elle dépote)
    * Réglage de la pression du pied (je n'utilise jamais, comme pour la machine à coudre)
    * Différentiel ajustable (comme pour toutes les recouvreuses et surjeteuses modernes)
    * Relevage du pied presseur en 2 hauteurs (ça c'est génial, ça permet de placer de grosses épaisseurs de tissus sous le pied sans difficulté). Cette option n'est pas disponible pour toutes les recouvreuses.
    * Enfilage simplifié du boucleur par un levier qui dégage le bras (point très important pour un enfilage sans prise de tête)
    * Aide à l'enfilage par un jeu de couleurs (comme toutes les recouvreuses)
    * livrée avec un guide d'ourlet

DÉBALLAGE
 

Gniiiiiiiii, excitation au maximum. C'est assez rare de déballer une nouvelle machine alors je savoure toujours ces moments.
 
Je l'ai installé et j'ai pris la notice pour la lire entièrement. Je commence toujours par là même si j'ai hâte de tester la machine. Je m'étais aussi préparée un peu en amont en regardant quelques vidéos de démonstration. Juki étant encore peu connue en France (allez savoir pourquoi), j'ai du me rabattre sur des vidéos américaines.

- Voici la machine une fois sortie du carton. Elle est livrée avec une pédale, un sac d'accessoires (contenant un jeu d'aiguilles, une clef pour changer les aiguilles, des supports de bobines, de la résille pour protéger les bobines de fil fin qui pourraient se débobiner trop facilement, un pinceau, une housse de protection en plastique souple, une pince de Bruxelles pour aider à enfiler, un guide d'ourlet et un pied de biche).

- La notice est en français, accompagnée de schémas et d'un texte qui va droit au but. J'apprécie mais elle n'a pas été suffisante pour que je comprenne l'enfilage du boucleur. La notice résume les différents problèmes qui pourraient survenir et comment les régler, comment fonctionne le différentiel, comment défaire ou arrêter une couture...

PRÉSENTATION

- La machine a le look d'une surjeteuse (normal, elle a le châssis d'une surjeteuse). 

- Elle est un peu plus étroite que ma surjeteuse Bernina 800DL (je vous en parlais en détails dans cet article).

- Il y a un coupe fil bien placé qui permet de ne pas avoir besoin d'une paire de ciseaux pour couper les fils de la couture.

- Il y a des repères en cm ou en inch pour savoir à quelle distance on coud. Ce sont ces repères que j'utilise, ils sont pratiques à utiliser.

- La tension du fil est réglable par des molettes externes. C'est ce point qui me faisait douter de l'achat de cette machine. Je trouvais ça rétro, vieillot et je me suis dit qu'il devait en être de même pour la machine. Heureusement, ce n'est pas du tout le cas. Ce modèle est tout récent, c'est juste un parti pris de la marque!
Comme je le souhaitais, cette machine est tout terrain et adaptable. Pas besoin de toucher à la tension selon le tissu cousu. On laisse sur 4-4-4 et c'est tout, on n'y pense plus.
Les molettes montrent aussi un schéma du placement du fil dans la couture finale, c'est pas mal du tout pour identifier la cause des problèmes.

- Il y a une poignée de transport. Je trouve ça top aussi car je n'ai pas vraiment la place sur mon bureau pour laisser la recouvreuse à demeure. Il va falloir que je la prenne et l'installe quand j'en aurai besoin. La poignée sera la bienvenue.

- Cette recouvreuse a besoin de 2 à 4 fils pour fonctionner. Le boucleur (bobine rouge) doit toujours être en place. Après on adapte les bobines en fonction des points que l'on souhaite faire.

- Une petite vue de côté : 

- Il y a plusieurs points de réglage :
   * le différentiel (qui règle l'entrainement du tissu par les 2 jeux de griffes sous le pied, c'est ce réglage qu'il faut toucher si la couture gondole)
   * la longueur des points
   * la pression du pied de biche
Pour le moment, je suis restée au réglage classique (sauf pour la longueur des points, je les préfère en 3 voir en 4 selon l'épaisseur du tissu). Le différentiel pourra être le seul point à faire varier en fonction des tissus à coudre (et encore, c'est à voir...).

ENFILAGE

- J'ai tout d'abord essayé en utilisant uniquement la notice mais rien ne vaut une vidéo. J'ai regardé cette vidéo américaine (les images suffisent) et tout est devenu clair. 
Il m'aura fallu 3 essais pour arriver à faire mes premiers points. J'avais fait une erreur d'enfilage du fil d'aiguille "bleu". Il faut le passer (comme pour tous les autres) dans un premier trou puis faire une boucle et le passer dans le second trou.

- J'ai été surprise par la facilité d'enfilage. Le plus "complexe" est le fil du boucleur mais avec la vidéo, j'ai réussi à le faire correctement du premier coup. Je dis "complexe" mais en fait c'est plutôt qu'il y a plus d'étapes, c'est tout.
Comme pour la surjeteuse, il est possible d'utiliser la technique des nœuds entre les anciens et les nouveaux fils. Perso, je proscris cette technique qui abime le mécanisme. Mieux vaut prendre 15 min une fois dans sa vie pour apprendre comment faire.

- Le châssis de la machine présente des schémas d'enfilage et un code couleur. Chaque fil est codé par une couleur et ce code est repris à chaque étape d'enfilage. Il suffit de suivre, difficile de s'emmêler les pinceaux.

- Le boucleur est accessible sur le côté de la recouvreuse, cela diffère de la surjeteuse.

Lui aussi a son schéma d'enfilage (mais sans la vidéo explicative, j'aurai eu du mal à comprendre).

- Le pied de biche est articulé. Il est composé de 3 sections et ceci permet à la machine de gérer les différences d'épaisseurs de tissus sans sourciller. Je ne sais pas si c'est le cas pour toutes les recouvreuses. 
Par contre, il n'est pas transparent. Pour les points de recouvrement, ce n'est pas gênant, les repères sur le châssis suffisent à être précis. Par contre, pour le point de chainette lors de la surpiqure d'une bande d'encolure, j'ai du mal à être régulière car j'y vais un peu à l'aveugle. Il existe un pied de biche spécial, je pense que je vais l'acheter bientôt.

- Le pied de biche peut se relever en 2 hauteurs. J'ai déjà lu que c'est un point noir de certaines recouvreuses. Le pied ne remonte pas assez haut et il est compliqué d'y glisser les tissus épais. Avec ce modèle, pas de soucis, tout passe.

- La recouvreuse est une machine 100% mécanique, comme la surjeteuse. Elle fait donc un joli bruit, fluide et sans à-coups.

LES POINTS PROPOSES

La recouvreuse Juki MCS-1800 propose 4 points différents. Pour les obtenir, il faut jouer sur le nombre d'aiguilles et de fils. Un schéma récapitulatif est collé sur le châssis, c'est bien pratique.

 
- Le point de recouvrement à 4 fils
C'est le point où tous les fils et toutes les aiguilles doivent être en place. C'est une couture à 3 rangs sur l'endroit et un point de recouvrement bien large à l'arrière.
 
- Le point de recouvrement à 3 fils large
On enlève l'aiguille et le fil du milieu.

- Le point de recouvrement à 3 fils étroit
On enlève l'aiguille et le fil de droite.

- Le point de chainette
C'est un point droit stretch qui peut être utilisé pour l'assemblage ou la surpiqure d'une bande d'encolure par exemple. On enlève les 2 aiguilles et les 2 fils de droite.

Pour être honnête, c'est cette partie que j'appréhendais le plus : le passage d'un point à l'autre. Finalement, c'est vraiment très simple. Il suffit d'enlever le bon fil puis l'aiguille et c'est tout, la machine fait le reste. Pas de bouton ou de levier à enclencher, pas de ré-enfilage spécifique à faire. Non, l'enfilage est toujours le même, peu importe le point, c'est juste le nombre de fils qui diffère.

LE GUIDE D'OURLET
 
- La recouvreuse est livrée avec un guide d'ourlet. Je ne savais pas ce que c'était avant de le voir. Il suffit de visser le guide à l'endroit dédié et d'ajuster l'écartement. Le tissu est ainsi guidé et l'ourlet se coud presque tout seul.

Je vais nuancer car ça peut paraitre trop beau pour être vrai. Évidemment, cela demande de la technique et je pense que pour avoir un résultat parfait, il faut avoir pré-plié l'ourlet et l'avoir marqué au fer. J'ai fait 6 essais sans préparer mon ourlet et à chaque fois, le tissu a légèrement vrillé mais l'ourlet était tout de même incroyablement régulier.

LE FIL
 
- La recouvreuse, c'est 4 fils : 3 aiguilles et 1 boucleur. Il faut utiliser du bon fil à surjeteuse (je vous en parle dans cet article). J'utilise le fil Aérolock de la marque Madeira. Je vais donc devoir racheter 3 bobines de blanc cassé et 3 bobines de noir (au minimum) pour ne pas avoir à désenfiler ma surjeteuse pour enfiler ma recouvreuse.
Le soucis, c'est que ce sont les fils d'aiguille qui vont se voir. Donc si vous voulez assortir la couture à votre tissu, il faudra 2 ou 3 bobines de la même couleur ! Clairement, je pense que c'est impossible (à moins d'avoir le budget et l'espace de rangement!!). Je vais plutôt opter pour la réalisation de 2 canettes et j'utiliserais la bobine pour la 3e aiguille.

Pour le boucleur, vous pouvez utiliser du fil à surjeteuse ou du fil mousse.
Ce fil est tissé de manière à ce qu'il soit extensible, résistant, volumineux et doux au toucher. On l'utilise aussi pour la surjeteuse (mais perso, je ne l'ai jamais fait). 
Depuis l'invention du différentiel, le fil mousse n'est plus obligatoire pour le côté élasticité de la couture. Néanmoins le rendu à l'œil fait plus pro je trouve. J'utilise la gamme Aeroflock de chez Madeira.

En cadeau avec la machine, j'ai eu un lot de fil mousse de la marque Madeira. Super, j'ai de quoi faire !

A L'USAGE?

Je vous montre le premier ourlet que j'ai réalisé après avoir pris en main la recouvreuse durant une petite heure.

J'ai préparé mon ourlet au préalable (marqué, plié, épinglé et repassé, comme d'habitude) et j'ai cousu. Résultat, je suis ravie du résultat. Le raccord des 2 coutures n'est pas superposé pile poil mais pour une première, c'est vraiment pas mal !
 
Après, j'ai continué à m'amuser comme ici, en utilisant 3 fils classiques (les bobines que j'utilise pour ma machine à coudre) de couleurs différentes : 

ET ALORS?
 
     C'est la même chose que pour la surjeteuse. On fait très bien sans mais quand on y a goûté, on se demande comment on faisait avant.
 
    Je ne regrette absolument pas mon choix. J'ai pris mon temps pour la choisir, je me suis fait conseiller par des pros et le résultat est là : ELLE ME CORRESPOND A 100%. Aucun remord, aucun regret, que du plaisir à coudre.

OU L'ACHETER?

https://www.coudreetbroder.com/index.cfm?utm_source=laisseluciefer&utm_medium=post

Depuis relativement longtemps, je vous redirige systématiquement vers le site de vente en ligne Coudre et Broder.
Pourquoi? Et bien parce que :
- c'est une entreprise qui perdure depuis 30 ans
- c'est un site fiable
- c'est le numéro 1 de la vente en ligne de machines en France
- la livraison est offerte à partir de 50€ d'achat (on ne paye donc pas les frais quand on achète une machine)
- les prix sont compétitifs avec des promos régulières, des cadeaux livrés avec votre achat...
- leur service client (téléphone ou mail) est génial. Vous pouvez les appeler en leur donnant votre budget, vos usages et ils trouveront la meilleure machine pour vous
- c'est un revendeur de pratiquement l'intégralité des marques de machine, ainsi pas de parti-pris (ce qui est rare) pour une entreprise
- Coudre et broder proposent des machines d'occasion et ça c'est vraiment super. Ces machines sont entretenues, révisées et permettent d'avoir une bonne machine qualitative pour un prix moindre.

    J'ai toujours acheté mes machines et surjeteuses en ligne. Pourquoi? Parce que forcément votre boutique préférée ne propose que certaines marques de machine ce qui réduit ÉNORMÉMENT votre panel de choix. Je me suis toujours fait conseillée en ligne, des entretiens qui pouvaient durer 30 min parfois pour choisir aux mieux en fonction de mes besoins, de mon budget, de ma fréquence d'utilisation la meilleure machine. Soit, je n'ai jamais testé la machine avant de l'acheter, ce que peut vous proposer votre boutique physique. c'est un choix que je n'ai jamais regretté. Je suis totalement fan de ma machine à coudre et de ma surjeteuse.

    Pour l'achat de la recouvreuse Juki MCS-1800 chez Coudre et Broder, vous recevrez un pack de fil mousse de la marque Madeira. C'est toujours sympa. Le prix est intéressant et la livraison offerte. 
 
   Comme je vous expliquais dans l'article sur le choix d'une recouvreuse, ce petit bijou a un prix (874€)... La recouvreuse est une machine complexe sur un marché de niche, ça n'aide pas.  L'amortissement d'une recouvreuse est impossible, c'est une machine plaisir pour gagner un autre niveau en qualité de finitions.

PARRAINAGE ET RÉDUCTION

Si vous le souhaitez, je peux vous parrainer sur la boutique Coudre et Broder. Vous obtiendrez ainsi 10€ de réduction sur votre commande.
Pour cela, cliquez sur ce lien et indiquez mon numéro de parrain (075275609) lors de votre inscription au site.


J'ai remarqué depuis peu que ce site est partenaire de Ebuyclub et que donc vous pouvez en plus cumuler plus de 2% de réduction supplémentaire. Plus d'informations sur ce site de cash-back dans cet article.

RESSENTI APRÈS 2 SEMAINES

J'utilise cette recouvreuse depuis 2 semaines, ce qui est encore un peu tôt pour vous faire un retour pointu. Je reviendrais compléter cet article dans quelques temps.

Après 2 semaines : 
- la prise en main est rapide, je suis impressionnée. Je pensais galérer comme jamais. Posséder une surjeteuse (et donc avoir l'habitude d'enfiler un boucleur) aide grandement.
- la passage d'un point à l'autre est facile. Je suis surprise, je pensais me prendre la tête bien plus !
- la machine est douce, facile à utiliser et très bien pensée
- comme je le souhaitais, aucun réglage à faire quelque soit le tissu cousu. J'ai testé avec du modal, du jersey, du sweat molletonné et matelassé. Un bonheur !!
- la machine est puissante, la couture reste toujours fluide, même au niveau des raccords où l'épaisseur de tissu est importante.
- je trouve qu'il est difficile d'être régulière lors de la réalisation du point de chainette pour surpiquer une bande d'encolure par exemple. Le pied de biche n'est pas adapté. J'ai vu sur le net qu'il existe un pied dédié, je pense bientôt l'acheter.
- en gros je ne regrette pas mon choix. Après l'avoir essayé, j'ai senti que j'avais dans les mains une machine robuste et qualitative.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser un petit mot si ça vous a plu :)