lundi 22 février 2021

Tuto Technique - Ouvrir une boutonnière

   Bien que j'évite au maximum les boutonnières (je préfère largement utiliser des pressions), il m'arrive d'être obligée d'en coudre. J'ai pratiqué différentes méthodes d'ouverture au fil des années et je me suis dit que ça pourrait vous intéresser.

Vous pouvez consulter tous mes articles de test de matériel couture en cliquant ici.

AVEC LE DÉCOUD-VITE

C'est la première méthode que j'ai utilisé et il m'est arrivé que le découd-vite s'emballe et découpe bien au delà de la boutonnière (souvenir de la première belle robe cousue pour ma fille, dans un tissu Petit Pan, j'en aurai pleuré). J'ai donc trouvé des astuces pour prévenir les dérapages et éviter les drames.


1- Coudre une boutonnière aux dimensions du bouton.
2- Piquer 2 épingles aux extrémités de la boutonnière.
3- Planter le découd-vite au milieu et le faire glisser jusqu'à ce qu'il bute dans une épingle.
4- Faire de même de l'autre côté.
 
Vous verrez que la boutonnière va s'effilocher, coupez les petits fils qui se baladent.

Matériel utilisé : 
- mon découd-vite chouchou bien aiguisé et pratique

AVEC DES CISEAUX

Depuis une bonne année, je procède différemment, par flemme de rassembler épingles et découd-vite. Je n'utilise que les ciseaux de précision. Pour cette technique, vos ciseaux doivent être très aiguisés jusqu'à au bout du bout de la pointe.

1- Plier en deux la boutonnière.
2- Inciser au milieu de manière à faire une petite entaille.
3- Glisser les ciseaux dans l'entaille et couper jusqu'à une extrémité.
4- Faire de même de l'autre côté. Couper les petits fils qui dépassent.
 
Matériel utilisé : 
- les ciseaux de précision de Clover que je suis en train de tester
- les ciseaux de précision que j'utilise depuis des années. Je vous en parle en détails dans cet article.

AVEC UN CUTTER A BOUTONNIÈRE

   Oui, oui, oui, j'vous jure, ça existe. J'ai découvert cet outil depuis peu. Je le trouve vraiment utile et extrêmement efficace. Il est tellement aiguisé qu'il coupe de manière nette et facile tous les tissus uniquement à la main. Il est aussi très précis et évite tous accidents d'ouverture trop grande de la boutonnière. Cet outil est parfait pour ouvrir les boutonnières réalisées dans un tissu épais (manteau, cape, veste) là où les ciseaux ou le découd-vite trouvent leur limite.

 Cet outil a rejoint avec plaisir ma boite à couture et j'ai remisé les 2 techniques abordées précédemment au placard.

1- Coudre une boutonnière.
2- Placer le cutter à boutonnière (en protégeant la surface par du carton ou un tapis de découpe). Appuyer légérement en faisant des mouvements de balancier.
3- Replacer le cutter sur le reste de la boutonnière au besoin.

Le gros avantage de cet outil est qu'il laisse une boutonnière nette qui ne s'effiloche pas (comme avec les autres techniques).
Son deuxième avantage est qu'il ouvre les boutonnières réalisées dans un tissu épais (ce qui est impossible à faire avec les 2 méthodes vues précédemment).

Matériel utilisé :
- le tapis de découpe (A1, 5 couches, auto-cicatrisant et réversible)
 
C'EST QUOI LE MIEUX?
   
Après ces 3 démonstrations, on peut de poser la question. 
 
Si vous débutez, je vous conseille de partir sur les 2 premières techniques qui ne vous demanderont pas de matériel annexe.
 
Pour les confirmées ou celles qui réalisent des manteaux, capes, vestes... je vous conseille l'achat du cutter à boutonnière. Il permet d'ouvrir une boutonnière de la façon la plus professionnelle et nette possible et ceci avec n'importe quel type ou épaisseur de tissu. Ayant déjà cousu des manteaux, l'étape de la réalisation de boutonnière et l'ouverture est toujours un casse-tête sans nom et très souvent une déception car les finitions ne sont jamais à la hauteur. Avec cet outil, on obtient un résultat au poil.

dimanche 14 février 2021

Crash-test - Robe Boann - Urban Fairy


Durant de longs mois, j'ai cherché des patrons de robe femme, en jersey ou sweat, bien ajustées, bien coupées (ça peut vite faire sac à patate), bref doudou mais pas pyjama.
J'ai trouvé des patrons, j'ai vu des avis négatifs, j'ai repris mes recherches... Bref, j'ai fini par tomber sur cette robe et vu les avis positifs que j'ai pu trouver sur la toile, j'ai fini par me lancer.

DÉTAIL DU PATRON

- Il s'agit de la robe Boann de la créatrice Urban Fairy. C'est la première fois que je teste un patron de cette marque. Je connais la chaine youtube de sa créatrice Elsa car elle fait des vidéos top sur des techniques particulières, des astuces... Elle est pleine de vie, ses vidéos sont dynamiques et en plus elle vient du nord comme moi :o)

- La collection de patrons Urban Fairy est variée : des robes, des hauts, des jupes, manteaux, stretch, pas stretch.....

- Boann est disponible des tailles 34 à 46 au prix promo de 5€ pour le pdf (cliquez ici).

- Boann est une robe jersey à encolure légèrement bateau, composée d'un devant, d'un dos, de 2 manches et d'une bande d'encolure. Difficile de faire plus simple.
Mais mais mais, avec ce genre de patron, ça peut vite ressembler à n'importe quoi. L'ajustement doit être parfait.
Et là, on est pas déçu. Elsa a pensé à tout. Ses pièces patron regorgent de lignes d'ajustement de stature. Un tableau est fourni afin de rallonger ou raccourcir chacune de ces lignes en fonction de sa stature exacte (de 150 à 186 cm).

- Le gros plus de Boann est sa coupe. Elle est prévue pour ne pas être trop moulante au niveau du ventre et donc cacher un peu la "misère". J'ai un peu de bidon et sans cette coupe, je ne me serai pas du tout diriger vers ce genre de patron. Les photos sur la boutique montre différentes morphologie qui porte la robe et on voit que ça fonctionne.


- Le livret d'instructions comporte peu de pages (normal, le montage est ultra simple) mais il est complet et explique aussi bien la coupe des tissus que les ajustements stature, les instructions de montage à renfort de schémas et même des instructions simplifiées plus courtes (pour les couturières qui ont de la bouteille). Ce patron peut très bien être abordé par une débutante en couture de tissu stretch.

- Un supplément gratuit est proposé pour coudre ce modèle avec une jupe patineuse.

TISSU UTILISE


J'ai cherché assez longtemps un jersey qui conviendrait. Je vous conseillerai de ne pas partir sur un jersey trop fin car il ferait transparaitre vos sous-vêtements. Un jersey de poids moyen ou encore un milano sont top pour une robe chaude qui masque bien les marques de culotte...
J'ai donc choisi un jersey Chat Chocolat (220g/m²)que j'avais déjà travaillé en couleur bleu et vert. Je l'ai trouvé dans la boutique Lulu La Luciole. J'ai hésité sur la couleur, le rouille n'est pas quelque chose que je porte habituellement (en ai-je déjà porté, bonne question). Et j'ai sauté le pas.
Je ne regrette pas, quelle belle couleur, féminine, qui je trouve me va bien.

Le jersey quand à lui est top. Je vous en avais parlé longuement dans cet article. Il ne roulotte pas, est dense tout en restant souple... Une tuerie que je ne me lasse pas de coudre.

J'ai réalisé mes bandes d'encolure et de manches dans le même jersey. Il est très élastique ce qui est pratique.

MATÉRIEL



Ma machine est une Janome S5 et ma surjeteuse une Bernina 800DL.
Je trace sur mes tissus avec ces crayons, j'utilise ces différents ciseaux et voici tout le matériel présent dans ma boite à couture.

Si vous débutez, voici la liste de matériel qui peut être utile. 

Vous retrouverez tous mes articles sur le matériel (bon plan, tests plus approfondis...) en cliquant ici.

Je marque mes créations avec des étiquettes thermocollantes que je vous conseille (voir cet article pour avoir plus d'infos et un bon de réduction).

TAILLE CHOISIE

J'ai pris mes mensurations (à deux reprises) et je me suis référée au tableau. Je suis partie sur un 42 poitrine et 44 taille et hanche.

Le manuel d'instructions explique comment reporter le patron quand on doit mixer plusieurs tailles. Je suis donc partie sur un 42 et j'ai rejoint la ligne du 44 au niveau de la taille.

Faisant 171 cm de stature, j'ai suivi à la lettre les instructions afin d'adapter le patron. Je dois dire que ça m'a pris un peu de temps, il y a 4 endroits à ajuster sur les pièces robe et 2 sur les manches. Si vous faites 1.68 cm de stature, vous n'aurez rien à faire.
J'insiste mais même à 2 cm près, il faut ajuster le patron afin que la robe tombe parfaitement, la taille à la taille, les hanches sur les hanches, les manches à la naissance des mains... 

Résultat,
Niveau longueur, rien à redire, les ajustements sont tops. La taille est bien placée, idem pour les hanches. Pour les manches, j'aime les avoirs longues, je n'ai donc pas fait d'ourlet mais j'ai cousu une bande de 2 cm pour les rallonger un peu (c'est une préférence perso).

Sur les photos, vous verrez que la robe va nickel, c'est normal, j'ai perdu du poids entre sa réalisation et la séance photo (il s'est passé 1 an entre les deux). Mais au premier essayage, cata, c'était trop ajusté au niveau du ventre (alors que le modèle insiste justement sur le fait que ça ne doit pas l'être).

Ca me conforte donc dans l'idée de ne pas hésiter à prendre une taille supplémentaire pour ce modèle (surtout au niveau de la taille et des hanches) !
Ce n'est pas la première fois que j'ai ce problème avec cette marque et à chaque fois, ça taille trop juste (je prends pourtant mes mensurations avec soin).

REMARQUES DIVERSES

- Cette fois, il n'y a pas grand chose. J'ai uniquement ajouté des bandes aux poignets, pour le reste j'ai suivi à la lettre les instructions.

- J'ai effectué les surpiqures au point triple stretch à la machine à coudre équipée de mon pied à double entrainement. Il est, pour moi, indispensable pour coudre des tissus moelleux ou stretch. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez lire cet article consacré aux pieds de biche. 
Vous pouvez assembler la robe uniquement à la machine à coudre, mes astuces sont dans cet article.

PROBLÈMES RENCONTRES

- j'ai du découdre une première fois ma bande d'encolure. En la montant, j'ai trouvé qu'elle était trop longue. Et effectivement, ma bande d'encolure se soulevait au niveau des épaules. J'aime quand ce soit bien plaqué.

Le problème vient peut être de mon jersey qui est très stretch. J'ai donc décousu la bande et j'ai coupé une nouvelle bande à 83% de la longueur de l'encolure. Cette fois, c'est mieux mais ça rebique encore au niveau des épaules. C'est relou mais ça restera comme ça, la flemme !

RÉSULTAT

J'adore la couleur du tissu étrangement, ce n'est pas du tout vers quoi je me dirige habituellement.

Le patron est abouti et recherché mais malheureusement, je trouve que ça taille petit.