mercredi 15 septembre 2021

Crash-Test - Robe - Livre Dressed

    En juin, j'ai eu une irrépressible envie de ressortir le livre Dressed de Deer and Doe. J'ai découvert cet ouvrage l'année dernière. Même si lui et moi, ça n'a pas été le coup de foudre à la sortie, nous avons appris à nous connaitre et désormais on s'apprécie.

Vous verrez que j'ai été loquace parce que ça a été la robe de l'enfer !!! Cela faisait longtemps que je n'avais pas trainé un tel projet boulet ! Ne fuyez pas, ça ne vient pas du modèle, ça vient du tissu (c'est ça quand on s'aventure vers l'inconnu de temps en temps).

Pour voir toutes mes réalisations issues de ce livre, il suffit de cliquer ici.

DÉTAIL DU PATRON

- Il s'agit de la robe du livre Dressed de Deer and Doe. Je vous ai parlé en détails de ce livre dans cet article crash-livre.

- C'est un modèle ultra simple (comme tous les modèles du livre) qui propose 2 longueurs : courte et mi-longue.
La robe possède une encolure bateau, à manches kimono courtes (avec mancherons), c'est-à-dire que les manches sont intégrées au corsage et finies par une bande d'ourlet. La taille est élastiquée et la jupe est évasée et un peu froncée par la pose de l'élastique.

- Très bonne surprise lors du décalquage du patron : ce n'est pas qu'une jupe froncée ! Elle est froncée naturellement par l'élastique de taille mais ça reste très léger. Elle est de forme évasée.  Le rendu porté est donc totalement différent et flatte beaucoup de morphologies. Perso, je fuis les jupes froncée car elles apportent du volume à la taille que je ne souhaite pas.

- Le gros soucis de ce livre est qu'il est pratiquement impossible d'avoir le coup de cœur en feuilletant les pages, ça se vérifie encore avec ce patron. Les tissus utilisés sont trop neutres et fades pour que le modèle attire l'œil. C'est en voyant des versions sur le net que j'ai décidé de la coudre.

- Le top du top, chaque modèle est présenté sur un mannequin petite et grande taille. C'est tellement bien pour se rendre compte du tombé d'un vêtement selon sa morphologie ! 

- Le modèle est à coudre sur un tissu souple type viscose, tencel, double gaze...

- Le montage est facile, sans aucune difficulté. Lisez bien chaque étape (notamment au moment d'assembler la jupe au corsage).

- Les marges de couture sont comprises et sont de 1,5 cm.

TISSU UTILISE

Quand je cherche du tissu souple, à petit prix pour tester un modèle, je me rends directement chez Les Coupons Saint Pierre.
J'ai opté pour ce lin viscose vendu 25€ les 3 mètres (ce qui n'est pas forcément donné pour un tissu des coupons Saint Pierre). J'avoue avoir craqué pour le motif mais j'avais un gros doute sur la composition, le lin et moi, on n'est pas copain.

    A la réception, le tissu a un tissage assez grossier (fatalement avec du lin), qui s'effiloche (surjeteuse mon amie) mais avec un tombé de ouf. Le tissu a un touché assez épais, on est loin de la viscose mais il reste bien souple et lourd.
    
     Deuxième coup de stress :  le lavage. Je ne me pose pas de question, fibres naturelles = passage en machine avant la découpe. La viscose rétrécit beaucoup, le lin ça bouge. A la sortie du sèche linge, c'était la bonne surprise, le tissu n'avait pratiquement pas froissé. Cool. J'avais peur car le lin froisse facilement et c'est encore pire pour la viscose. Attention, j'ai remarqué que le tissu se déforme facilement (et bêbête que je suis, je ne me suis pas méfiée).

Les Coupons Saint Pierre proposent une grande variété de lin viscose, allez jeter un oeil si ça vous intéresse.

MATÉRIEL 

Ma machine est une Janome S5 et ma surjeteuse une Bernina 800DL.
Je trace sur mes tissus avec ces crayons, j'utilise ces différents ciseaux et voici tout le matériel présent dans ma boite à couture.

Si vous débutez, voici la liste de matériel qui peut être utile. 

Vous retrouverez tous mes articles sur le matériel (bon plan, tests plus approfondis...) en cliquant ici.

En gros, mes chouchous :
- le crayon-craie de la mort qui tue
- le stylo magique qui disparaît comme par magie 
- les ciseaux de précision que je chérie de tout mon cœur
- la règle patch, le cutter rotatif et le tapis de découpe A1 méga indispensables
- le papier patron idéal !


Je marque mes créations avec des étiquettes thermocollantes que je vous conseille (voir cet article pour avoir plus d'infos et un bon de réduction).


TAILLE CHOISIE


Le livre conseille de prendre en compte ses mesures poitrine et taille pour ce modèle. Je fais un 41 en poitrine et un 42 en taille. J'ai coupé un 40 poitrine qui rejoint le 42 à la taille. Mais pourquoi quoi allez-vous me dire?


Pour un 40, la mesure poitrine sur le vêtement terminé est de 97 cm. Je mesure 94 cm, ça me laissait de l'aisance. Résultat, c'est parfait !

La stature utilisée pour les modèles est de 1,68 m. Je mesure 1,71m (et j'ai un long buste), j'ai donc fait quelques vérifications. Le modèle est cintrée à la taille, il faut donc que le bas du corsage arrive à la taille naturelle. En me mesurant, je me suis aperçu que ça serait trop haut. J'ai allongé les corsages devant et dos de 4 cm. Après essayage, 3 cm auraient suffit, j'ai modifié le patron pour la prochaine version.

MODIFICATIONS APPORTÉES

L'encolure

- Comme dit plus haut, le tissu se déforme facilement et je ne me suis pas méfiée. Résultat, au moment de l'essayage, l'encolure baillait énormément. J'ai repris 1,5 cm aux épaules, ça baillait encore. J'ai encore repris et ça baillait encore. Argggggg, enfer et damnation !  Le tissu s'est déformé durant la couture et l'encolure s'est étirée. La loose. Après 1 h de bataille, j'ai rendu les armes.
Il me restait assez de tissu pour recouper les corsages et parementures. 
Le lendemain, j'ai pris mon courage à deux mains et j'ai décalqué l'encolure et la parementure de la blouse du livre (ne sachant pas si le problème d'encolure n'est pas aggravé avec la forme bateau).

Cette fois, j'ai réalisé une piqure de soutien le long de l'encolure (j'ai suivi ce tuto) et de la parementure avant de la thermocoller. Une couture de soutien est une couture au point droit étroit (longueur 1,5 pour moi) à 3 mm de la future couture d'assemblage, dans la marge. Elle évite au tissu de se déformer pendant la couture et les repassages. 

Premier essayage, ma tête passe à peine. Mais c'est quoi ce bor...el !! Bon allez, je respire, je démonte délicatement la parementure. Je refais une piqure de soutien à 1,5 cm de la précédente sur les corsages, je coupe le long de la 1e piqure pour creuser régulièrement l'encolure d'environ 1,5 cm. Je décalque ensuite des nouvelles parementures et je les coupe dans le reste de tissu.

Résultat, encolure PARFAITE !!! Ca n'a pas été sans mal. 
Au final, j'ai donc réalisé l'encolure de la blouse creusée de 1,5 cm tout le tour. La piqure de soutien a été salutaire. Si vous utilisez un tissu qui risque de se déformer (en fibres naturelles type viscose, cotonnade...), prenez 1 minute de votre temps pour faire une piqure de soutien sur l'encolure avant d'attaquer le montage.

La longueur

    J'ai opté pour la longueur "longue" mais une fois portée, je trouve la robe mémérisante sur moi. La longueur est trop courte ou trop longue, un entre-deux dont je n'ai pas l'habitude Je vais la raccourcir de quelques centimètres si je veux la mettre un jour.

TECHNIQUES

- C'est un modèle simple à coudre. Néanmoins, comme il faut utiliser des tissus fins et souples, ça peut corser un peu l'affaire. La surjeteuse est la bienvenue pour avoir des jolies finitions intérieures sinon, les marges de coutures permettent la réalisation de coutures à l'anglaise.

- Je vous conseille d'aller lire mon article concernant la couture des tissus fins et fluides. J'ai appliqué toutes les astuces vues dans l'article pour pouvoir maîtriser ce jersey ultra glissant.

PROBLÈMES RENCONTRES

- La nature capricieuse de mon tissu qui s'est détendu durant la couture. Sachez que le lin viscose demande quelques précautions (couture de soutien notamment).

RÉSULTAT

Encore un modèle du livre validé. Par contre, j'ai trouvé la version longue trop "longue" pour moi, ça me dérange un peu. Je vais la raccourcir de quelques centimètres pour la porter plus facilement.



lundi 6 septembre 2021

Tuto Technique - Coudre un bouton à la machine

 

Coudre un bouton à la main peut être long et pénible, surtout quand il y en a beaucoup ! C'est pourquoi, j'utilise la machine à coudre pour le faire. Cette technique demande très peu de préparation et est imbattable niveau temps et solidité !

Il faut juste avoir une machine possédant un point zig-zag réglable en largeur.

PLACER SES BOUTONS


La première étape consiste à placer les boutons et les boutonnières sur la patte de boutonnage. Et ce n'est pas toujours facile. Le patron prévoit souvent les emplacements mais les repères ont tendance à s'effacer et ne conviennent pas toujours à la manière dont on aime porter le vêtement.
Voici un outil pratique qui permet de faire ce placement en un tour de main. Il gère  régulièrement l'écartement entre chaque boutonnière ainsi que leur placement central sur la patte de boutonnage. En gros, un outil 2 en 1 (qui place horizontalement et verticalement) qui fait gagner un temps précieux !  Plus besoin de mesurer, de calculer, d'essayer, de modifier.... Ca se fait en un seul geste.
Vous pouvez le trouver ici par exemple.



Pour marquer les emplacements j'utilise le marqueur qui s'efface à l'air Clover ou le Trickmarker de Prym. Les 2 ne laissent absolument aucune trace au bout d'un ou 2 jours (contrairement aux feutres type frixion qui s'effacent à la chaleur et qui laissent des traces blanches sur les tissus foncés).

PAS-A-PAS

- La machine est généralement livrée avec un pied dédié à la couture des boutons. Zieutez le manuel pour l'identifier.

- Installez le pied de biche et désactivez les griffes d'entrainement, c'est ultra important !!! Le tissu ne doit pas être entrainer, la couture doit faire du sur-place.

- Choisissez le point zig-zag classique. Ce point doit être réglable en largeur pour s'adapter à l'écartement des trous du bouton. Certaines machines possèdent un point spécial (comme ma Janome S5) qui coud un zig-zag mais gère aussi la fin du point. Mais le système est le même au final !

- Placez le tissu et le bouton sous le pied de biche.

- Avec le volant de la machine, à la main, abaissez l'aiguille afin qu'il rentre dans le trou de gauche. Bougez le bouton pour que ça soit le cas.

- Continuez à activer le volant pour que l'aiguille rentre désormais dans le trou de droite. Si ce n'est pas le cas, réglez la longueur du point zig-zag. Ne déplacez pas le bouton à cette étape, c'est uniquement l'aiguille qui doit bouger.

- Cousez avec la machine. Faites plusieurs allers-retours pour que ce soit costaud. Voyez comme c'est rapide : 

- Enlevez le tissu de la machine en laissant du mou au niveau du fil. Avec une aiguille à main, rentrez le fil sur l'envers. Faites plusieurs nœuds entre le fil rentré et le fil de canette et coupez le surplus. 
Perso, j'utilise le rangement à aiguilles Prym qui est magnétique et que l'on twiste. C'est vraiment hyper pratique, je le conseille.

- Au besoin, refaites la manip avec les 2 autres trous du bouton.

Remarque :
Certains boutons doivent être cousus avec du "mou" comme sur les chemises ou les manteaux. Glissez une épingle entre les 2 trous avant la couture. L'épingle créera une épaisseur. Il suffira de l'enlever après la couture.